Le préfixe dé-, des-, dés- (1 de 3)

L’emploi du préfixe dé-, des-, dés-

Et la logique dans tout cela?

 

Nota bene :  Ce billet ne fait que présenter un cas particulier de l’emploi du préfixe de-. Pour en savoir plus sur sa signification et son emploi, voir le deuxième et le troisième de la série.  

 

Personne ne sera pris au dépourvu si, à brûle-pourpoint, on lui demande ce que signifie un mot composé du préfixe -, des– ou dés-.Chacun ira chercher dans sa mémoire des mots ainsi construits, qu’il connaît bien, et en dégagera très facilement le sens. Il pourrait, par exemple, faire appel à -baller, -cacheter, des-saler, des-soûler, dés-accoupler, dés-amorcer, et en conclure, avec raison, que ces mots partagent l’idée de séparation, de privation, d’éloignement. En effet,-baller signifie « sortir, étaler ce qui formait une balle (gros paquet de marchandise) »;  -cacheter, « ouvrir ce qui était cacheté »; des-saler, « enlever du sel »; des-soûler, « tirer de l’ivresse » ; dés-accoupler,« séparer des choses accouplées » et dés-amorcer, « enlever l’amorce ».

                Si, maintenant, l’on vous demandait de définir défenestrer ou défenestration, que diriez-vous?  Fort de vos connaissances sur le fonctionnement de la langue française, vous diriez, sans crainte de vous tromper, que défenestrer signifie : « enlever des fenêtres » « boucher des ouvertures pratiquées  dans un mur ». En effet, ce mot n’est-il pas composé du préfixe dé- (indice de privation) et du verbe fenestrer, qui signifie « ajourer une surface pleine en y pratiquant des ouvertures »?

Vous l’ignoriez, mais votre superbe en prendrait pour son rhume. Votre logique ne vous aura été d’aucun secours. Hélas! La langue française est très capricieuse. Vous vous êtes fait piéger, et ce n’est fort probablement pas la dernière fois.

Que veulent donc dire défenestrer et défenestration ?  Voici ce que nous en dit le Nouveau Petit Robert :

défenestrer  [defənɛstʀe] verbe transitif  (conjugaison 1)

     étym. 1863; « enlever les fenêtres » xvie ◊ d’après défenestration

      ■ Précipiter (qqn) d’une fenêtre. Pronom. Se défenestrer du 10e étage. se             jeter,      1. tomber.

défenestration [defənɛstʀasjɔ̃] nom féminin

    étym. 1838 ◊ du latin de- et fenestra (dès 1620 en anglais)

   1.  Action de précipiter (qqn) d’une fenêtre, de le pousser dans le vide.                Assassinat par   défenestration. Hist. La défenestration de Prague (1618),épisode qui fut à l’origine de la guerre de Trente Ans (les conseillers du roi furent jetés par les fenêtres par les protestants).

   2.  Méd. légale Chute d’une personne tombant d’une fenêtre située à un niveau élevé. ➙ précipitation.

             Comment  dire alors : boucher une fenêtre aménagée dans un mur? Même si défenestrer pourrait, en toute logique, être le candidat idéal — sa construction respecte en tout point les habitudes de la langue —, il faut y renoncer. Qu’utiliser alors? Je ne saurais dire.

La langue se permet donc d’utiliser un préfixe privatif, dans ce cas-ci dé-,  pour désigner quelque chose qui n’a rien d’une privation. Pourquoi ne pas pousser plus loin l’interrogation et se demander s’il est possible de parler de privation sans recourir à un préfixe dont c’est la fonction? Sensibilisé comme vous l’êtes aux  caprices de la langue, vous seriez sans doute portés à dire oui, sans, pour autant, pouvoir en fournir un exemple. Dorénavant, ce ne sera plus le cas. Vous pourrez répondre : « J’en connais au moins deux  : hannetonner et limoner ».

1-       Que fait-on des hannetons quand on hannetonne? Eh bien! On les détruit, on les élimine!

hannetonner [’an(ə)tɔne] verbe intransitif  (conjugaison 1)

                étym. 1767 ◊ de hanneton 

               ■ Agric. Détruire les hannetons.

2-       Que fait-on du limon quand on décide de limoner? Le sens qu’on donne à ce verbe, il l’a acquis par extension. Voici 3 définitions que j’ai trouvées, qui sont des variations sur un même thème :

  • ôter les parties sanguinolentes et les impuretés de certains aliments (filet de poisson, viande) en les passant sous l’eau;
  • nettoyer la viscosité couvrant un poisson ou une cervelle;
  • éliminer la peau, les parties sanguinolentes, les impuretés de certains aliments en les plongeant dans de l’eau ou en les laissant quelques minutes sous un filet d’eau.

Le premier, hannetonner, figure au dictionnaire; le second, limoner, pas encore, mais il fait partie du vocabulaire de la cuisine (Voir  http://www.saveursdumonde.net/lexiques/termes-culinaires/limoner/)

Ces deux verbes véhiculent l’idée d’une élimination, d’un enlèvement, sans pour autant recourir au préfixe normalement associé à une telle description.

N’allez pas croire que la langue française est la seule à avoir de ces fantaisies. L’anglais en a lui aussi. Deux exemples pour vous en convaincre : pitted (du verbe to pit) et depauperate

DEFINITION OF PIT (to)  (Merriam-Webster)

: to remove the pit from (a fruit)    où le substantif pit désigne

Definition of PIT : the stone of a drupaceous fruit.

Le sens est donc : dénoyauté.

DEFINITION OF DEPAUPERATE  adj. (Merriam-Webster)

1 : falling short of natural development or size

: impoverished <a depauperate fauna>

Origin of DEPAUPERATE

Middle English depauperat, from Medieval Latin depauperatus, past participle of depauperare to impoverish, from Latin de- + pauperare to impoverish, from pauper poor — more at poor  (First Known Use: 15th century)

               Cet adjectif est donc composé de deux éléments latins : de + pauperare. Comme pauperare signifie déjà « appauvrir », on peut se demander ce qu’ajoute le préfixe de- au sens de cet adjectif, surtout quand sait ce que peut signifier ce préfixe, à savoir :

1 a : do the opposite of <deactivate> b : reverse of <de-emphasis>

2 a : remove (a specified thing) from <delouse> b : remove from (a specified thing) <dethrone>

3 : reduce <devalue>

4 : something derived from (a specified thing) <decompound> : derived from something (of a specified nature) <denominative>

5 : get off of (a specified thing) <detrain>

6 : having a molecule characterized by the removal of one or more atoms (of a specified element) <deoxy->

               S’il fallait démontrer qu’en langue la logique ne nous est pas toujours d’un grand secours, c’est fait. La langue française nous joue de ces tours; elle est capricieuse, mais il semble bien qu’elle ne soit pas la seule…

Maurice Rouleau

P.-S.  La semaine prochaine, je vous parlerai de combatif / combattif.

Publicités
Cet article a été publié dans Préfixe, Sens des mots. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Le préfixe dé-, des-, dés- (1 de 3)

  1. Quentin dit :

    Au sujet de « défenestrer » : peut-être que se jeter dans le vide revient à ignorer l’existence de la fenêtre, à ne plus la considérer comme une « barrière de protection » ? Dans ce cas, on la prive de ce à quoi elle sert, on lui enlève son utilité.
    Au sujet de « hannetonner » : il y a plus drôle si l’on se penche sur l’étymologie du nom « hanneton ». Car ce mot vient du germanique « hano » qui signifie … « coq » ! Même si Hahn signifie « hanneton » en allemand. .Dans le dialecte limousin, le hanneton est une « poule d’arbre » !

    • rouleaum dit :

      Ce que vous dites est peut-être vrai, mais le point que je voulais mettre en évidence dans ce billet, c’est la valeur douteuse du préfixe « dé ». Selon Littré (1872), le verbe « fenêtrer ou fenestrer » signifie garnir de fenêtres; et « défenestrer » : ôter les fenêtres. Selon l’Académie, (DAF, 9e éd. 1985), défenestrer signifierait, depuis le XIXe siècle, jeter par la fenêtre. Chose étonnante, dans le DAF (8e éd., 1935), elle n’en faisait aucunement mention.

  2. Pressagrume dit :

    Sans compter que démanger ne signifie jamais vomir et démultiplier ne revient pas à diviser.

  3. tarquina dit :

    quel est la formation du mot dépeuplée svp ?

    • rouleaum dit :

      La réponse à votre question se trouve pourtant dans le dictionnaire Robert.

      Dépeupler est composé de dé- et de peupler.

      Le Petit Robert vous donne les sens que peut avoir ce préfixe dé-. Les voici :

      dé-, des-, dés-
      1. Élément, du latin dis-, qui indique l’éloignement (déplacer), la séparation (décaféiné), la privation (décalcifier), l’action contraire. (décommander, défaire, démonter).
      2. Élément, du latin de-, à valeur intensive : débattre, découper, détailler.

      Dans le cas qui vous intéresse, le préfixe dé- de dépeupler, est le même que celui de dégarnir . Il indique l’action contraire.

      Pour tout autre mot dont le préfixe pourrait vous causer problème, consultez votre dictionnaire. Il vous sera d’une très grande utilité.

  4. érickaël dit :

    Le nouveau sens de défenestrer peut s’expliquer avec la définition du dé donnée ci-dessus. Le dé privatif de défenestrer (= enlever une fenêtre) a été remplacé par le dé d’éloignement (= s’éloigner d’une fenêtre). Ce qui est jeté s’éloigne de la fenêtre. Cependant le dé est bel et bien trompeur pour d’autres mots. Déconner n’est pas de contraire de faire des conneries. Délaver revient à trop laver. Quand on dénomme, on nomme, quand on dénie, on nie. Dans ces mots le dé renforce le sens au lieu de l’inverser.

    • rouleaum dit :

      Pour moi, le « dé- » est trompeur, même dans « défenestrer ». S’il est vrai que déplacer signifie changer de place (le verbe placer signifiant : mettre à une certaine place), il faut vraiment faire des contorsions pour en arriver à paraphraser le verbe « défenestrer » de la même façon, car « fenestrer » ou « fenêtrer » signifie ou signifiait : mettre une fenêtre.

  5. florencia dit :

    Mieux que poster un commentaire je veux demander qu’est-ce que « dé » tout seul, au féminin signifie? J’ai trouvé en titre « La dé ». Merci d’avance

    • rouleaum dit :

      Je ne connais pas ce mot au féminin. Se pourrait-il que ce soit une abréviation, comme La DÉ-coupe, ou quelque chose du genre? Je ne saurais dire. Avec le contexte, il serait sans doute possible de dégager le sens, mais je ne l’ai pas.

  6. zarox21 dit :

    Tres intéressant votre blog ainsi que l´article. Je suis étrangere et quelque fois j ai de problemes avec de mots comme par exemple dé-rémunération. Faut-il comprendre désintegration de rémunération? Merci bien pour votre réponse.

    • rouleaum dit :

      Votre question m’intrigue au plus haut point. Dé-rémunération est un mot que je ne connais pas du tout. Peut-être qu’avec un contexte je pourrais arriver à deviner le sens. Mais rien n’est moins sûr.

      Rémunération vient de munero, are, qui signifie « gratifier, faire cadeau de » et du préfixe re-, qui marque la répétition. Alors l’ajout d’un autre préfixe, en l’occurrence dé-, me cause, comme à vous, un gros problème.

  7. zarox21 dit :

    Merci beaucoup pour votre reaction rapide. Voila mon source: « Service rentabilisé très rapidement par la limitation des dé-rémunérations … » En effet, il s agit d un outil de dematerialisation de contrats …

  8. Bonjour,

    J’ai vu, ici et là sur internet, que le mot « désastre » signifiait « mauvaise étoile » (certaines cultures anciennes interprétaient les comètes et certains « mouvements » des astres comme des malheurs à venir). Pouvez-vous me confirmer cela ? Auriez-vous quelque chose à ajouter à cette définition ? Merci.

    Olivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s