Ponctuation (oeuvre + auteur)

Ponctuation d’une autre suite

3 – Nom d’une œuvre + nom de son auteur

  • L’Orchestre symphonique de Montréal jouera ce soir La Moldau, de B. Smetana.
  • L’an prochain, le TNM envisage de présenter le Faust de Goethe.

                Vous aurez certainement remarqué la différence de ponctuation entre ces deux phrases : virgule présente après La Moldau et absente après Faust. Cette différence est-elle justifiée? Si oui, où peut-on trouver la règle en question?

Je ne l’ai trouvée ni dans Le français au bureau (N. Guilloton, H. Cajolet-Laganière, Les Publications du Québec), ni dans La bonne ponctuation (A. Doppagne, Duculot), ni dans le Guide du rédacteur de l’Administration fédérale. Je l’ai trouvée dans Traité de ponctuation française (Drillon, Gallimard/Inédit, p. 248), dans Un point, c’est tout! (Jean-Pierre Colignon, Boréal, p.29-30) et dans L’art de ponctuer (B. Tanguay, Québec-Amérique, 3e éd., p.95). La règle est la suivante :

1-     on met généralement la virgule entre le titre et l’auteur (v. Note);

2-     on la supprime toutefois si le nom de l’auteur est déterminatif.

Par déterminatif, on veut dire que le nom de l’auteur est essentiel à l’identification de l’œuvre, car d’autres auteurs ont utilisé le même titre. L’emploi de cet adjectif déterminatif devrait nous rappeler ce que l’on sait déjà de la ponctuation d’une relative.

 La Moldau, de B. Smetana

Comme le titre de cette oeuvre n’est associé qu’à Smetana, le nom de ce compositeur n’est pas essentiel. Il pourrait être omis sans que le sens n’en soit modifié. Cette précision apprend certes qqch au lecteur, mais elle n’est pas obligatoire. La relative effacée, ici « que l’on doit aux talents de », étant explicative, l’emploi de la virgule s’impose.

  Le Faust de Goethe. 

L’absence de virgule s’explique par le fait que la relative effacée « que l’on doit aux talents de… » est déterminative. Elle précise de quel Faust il est question. Pas celui de Marlowe, ni de Lessing, ni de Lenau…, mais bien celui de Goethe. Ne pas le préciser induirait le lecteur en erreur, car il lui manquerait une information essentielle.

Dans son Traité de la ponctuation française, Drillon illustre les deux facettes de cette règle par les  exemples suivants : 1- « Faust, de Goethe » et 2- « J’ai lu le Faust de Goethe, mais pas celui de Marlowe. » Il nous dit, à mots couverts, que, pour être déterminatif, le nom de l’auteur doit coexister, dans une même phrase, avec le nom d’un autre auteur ayant utilisé le même titre! Ce point de vue me semble difficilement défendable, car « Faust » est aussi déterminatif dans le premier que dans le second exemple. Autrement dit, il existera toujours d’autres « Faust », même si on ne le précise pas dans la phrase. Il ne devrait donc jamais y avoir de virgule entre « Faust » et « Goethe ».

Dans son Art de ponctuer, Tanguay nous fournit les deux exemples suivants : 1- « Connais-tu l’extraordinaire Tu verras, de Nougaro? »; 2- « J’aime le Roméo et Juliette de Tchaïkovski, et non celui de Prokofiev.» Il faut comprendre que Tu verras est l’œuvre de Nougaro, et de lui seul. La présence de virgule est alors justifiée. Dans le second exemple, la lecture n’est pas aussi simple, car cette phrase s’apparente si étrangement à celle de Drillon, que la même question se pose : l’absence de virgule s’explique-t-elle par la présence de Prokofiev dans le second membre de la phrase? J’aurais été curieux de voir comment Tanguay aurait ponctué sa phrase si elle s’était terminée après Tchaïkovski! J’ose espérer que la virgule aurait toujours été absente.

Le Guide du rédacteur ne traite pas de ce cas particulier de l’emploi de la virgule, mais il nous donne des exemples qui pourraient induire le lecteur en erreur, si jamais ce dernier voulait en dégager une règle. Comme il n’y a de ponctuation dans aucun des 3 exemples cités, on pourrait être tenté d’en conclure, à tort, qu’on ne met jamais de virgule entre le nom de l’œuvre et celui de son auteur!

 1- « Le Vaisseau d’Or » est tiré des Poésies complètes de Nelligan.

L’absence de virgule est conforme à la règle, car le nom de Nelligan est déterminatif. Au moins deux autres auteurs, Jean de la Croix et Rimbaud, ont intitulé ainsi une de leurs œuvres.

 2- « La chute de la maison Usher » figure dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe.

L’absence de virgule nous laisse entendre que d’autres écrivains ont utilisé comme titre Histoires extraordinaires. En fait, il est le seul à l’avoir fait. Le nom de Poe n’est donc pas, ici, déterminatif. Une virgule serait de rigueur entre le titre de l’œuvre et le nom de son auteur.

 3- Le Libera me du Requiem de Fauré est sublime.

Comme Fauré n’est pas le seul à avoir écrit une messe de requiem contenant un Libera me – Verdi, Mozart et, plus récemment, Duruflé (1947) en ont fait autant –, le nom de Fauré devient déterminatif. Il est donc correct de ne pas mettre de virgule après Requiem.

Bref, pour bien ponctuer une suite composée du nom d’une œuvre et du nom de son auteur, il faut, comme dans les  suites étudiées précédemment (Titre/Fonction + nom propre et Qualité + nom propre), savoir de quoi il est question et bien maîtriser la ponctuation des propositions relatives.

 Maurice Rouleau

Note : Les Glaneuses de Millet [Le Bon usage, 11e éd. # 246, 9]. Comment expliquer l’absence de virgule après Glaneuses? Deux interprétations sont possibles : 1- on aurait mis des majuscules à tous les substantifs; millet,  dans ce cas, serait une graminée [l’oeuvre représenterait des femmes qui ramassent les épis de millet que les moissonneurs y ont laissés]; 2- on aurait  mis une majuscule à Millet, parce que ce serait le nom du peintre (J.-F. Millet, 1814-1875) qui aurait exécuté l’œuvre en question (Les Glaneuses). Et c’est précisément le cas. Comme J.-F. Millet est le seul à avoir utilisé ce titre – donc le nom propre n’est pas déterminatif –, il aurait été préférable d’écrire : Les Glaneuses, de Millet.

P.-S. 1 – Je serai absent quelques semaines. Le prochain billet : « Acheter de » is not French! sera donc publié fin février.

P.-S. 2 – Si vous désirez être informé, par courriel, de la publication d’un billet, vous pouvez vous abonner.

Advertisements
Cet article a été publié dans Ponctuation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s