-Âtre ou -Atre (1 de 4)

 

Ce psychiATRE opiniÂTRE qui se disait idolÂTRE

― 1 ―

 

Ce qui me frappe dans psychiATRE, opiniÂTRE et idolÂTRE, c’est que la finale de ces trois mots, que je prononce pourtant de la même façon, s’écrit différemment. Ce n’est clairement pas la graphie qui commande ma prononciation. Ni, il va sans dire, ma prononciation qui commande ma graphie.  Qu’est-ce qui peut  bien déterminer la présence ou l’absence  de cet accent circonflexe? Comment savoir où en mettre un?… Là est toute la question.

Se faire dire : « Mettez-le seulement là où il le faut », n’est pas ce que j’appellerais une réponse « satisfaisante ». C’est une façon plutôt plate de dire quelque chose d’également plat (1), du genre : « Mémorisez les mots qui en exigent un ». Il faut dire qu’en langue la mémoire est souvent sollicitée, au détriment de la logique. Et si vous avez un blanc de mémoire (ou un trou de mémoire, comme on dit ailleurs), tant pis pour vous. Vous passerez pour quelqu’un qui ne maîtrise pas bien sa langue.

La Nouvelle Orthographe, elle qui devait simplifier la langue, aurait pu décider d’éliminer cet accent partout où il y en fallait un. Mais elle s’est retenue. Elle ne l’a enlevé que sur les i et les u. Pas sur les a, les e ni les  o (2). C’est dire que les mots en –atre  s’écrivent encore de nos jours comme ils s’écrivaient avant 1990 : certains avec accent, d’autres sans accent. Tout dépend du mot que vous devez écrire.

Je pourrais, comme certains l’ont peut-être déjà fait,  dresser la liste de tous les mots  en –atre qui exigent un accent circonflexe, laissant à l’usager le soin de conclure que les autres n’en prennent pas. Mais à quoi cela servirait-il? Les dictionnaires contiennent déjà cette information. Ce qui m’importe, c’est de savoir sur quoi repose cette différence de graphie. Si je le savais, je n’aurais plus à consulter mon dictionnaire chaque fois qu’un doute surgit dans mon esprit.

Pourquoi donc certains mots prennent-ils l’accent et d’autres pas?

La réponse est fort simple. C’est la faute à l’étymologie. Eh bien oui! À l’étymologie. C’est du moins ce qu’on dit. Cette réponse, tout en étant sans doute vraie ― ce sera tout de même à vérifier ―, n’est pas d’un très grand secours, car, pour le commun des mortels, le mot étymologie lui-même pose déjà problème. Que dire alors de étymon, mot d’une autre langue  dont on fait dériver un autre mot et  auquel il devrait faire appel!

Pour le moment, limitons-nous à la prononciation de ces mots en -atre. Nous reviendrons dans le prochain billet sur leur étymologie, la grande responsable, semble-t-il, de la présence ou de l’absence de l’accent circonflexe.

A-   LA PRONONCIATION

Je prononce de la même  façon la  finale -atre des 3 mots du titre ainsi suffixés. C’est du moins l’impression que j’ai quand je m’écoute parler (au sens propre, et non au sens figuré). ― Au fait, comment les prononcez-vous? ― Pour moi, que le a soit ici coiffé ou non d’un accent circonflexe n’y change rien.  Ma prononciation serait donc incorrecte. Mais est-ce vraiment le cas? Voyons voir.

En théorie

J’ai appris, tout jeune, que les a, â [et aussi les à] ne se prononcent pas de la même façon. À preuve, ami [ami] et âme [ɑm]; patois [patwa] et pâte [pɑt] ou encore il n’a qu’à choisir. Voilà des exemples on ne peut plus convaincants. Et je fus convaincu, comme chacun de vous l’a sans doute été. Pourtant, je prononce la finale de ces trois de la même façon. Ma prononciation est théoriquement déficiente, vicieuse, diront certains.

Le NPRobert me donne également tort. D’après ce dictionnaire, le a de psychiatre , noté [a] dans sa transcription phonétique [psikjatʀ], doit se prononcer comme dans ami et le â de opiniâtre [ɔpinjɑtʀ] ou de idolâtre [idɔlɑtʀ], noté [ɑ], comme dans âme. Voilà la « bonne » prononciation, celle que prescrit le dictionnaire.

Admettre qu’on a tort, quand on n’a jamais mis en doute sa façon  de faire, n’est pas chose aisée. Comme le disait Saint Thomas : contra factum non valet argumentum. Traduction littérale : devant un fait, aucun argument ne tient. Traduction libre : il faut se rendre à l’évidence.

Si la démonstration qui vient d’être faite n’est pas pour moi l’évidence même, c’est qu’une autre question me trotte dans la tête. Une autre question qui est, pour le moment, sans réponse : que représente vraiment la transcription phonétique que nous fournit le dictionnaire? Comme son nom l’indique, ce devrait être la façon « correcte » de prononcer le mot tel qu’il est écrit. Ça, c’est en théorie. Mais en pratique?…

En pratique

La finale de psychiatre devrait se prononcer différemment de celle de opiniâtre ou de idolâtre. Soit. Mais si je me risque à prononcer ces trois mots comme le veut mon dictionnaire, ça sonne faux. Terriblement faux. Au point que je me demande si la transcription phonétique que l’on en donne est correcte. Pour le savoir, je tente une double approche, indirecte, car je ne suis pas phonéticien.

1- Est-ce que tous les â se prononcent comme dans âme?

Personne n’osera dire le contraire, j’en suis sûr. Mais…

•   Saviez-vous que le â de ânon et celui de ânonner ne se prononcent pas de la même façon? Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le NPRobert : ânon [ɑnɔ̃] et ânonner [anɔne]!
•   Saviez-vous que le â de mâchicoulis se prononce comme dans ami? Voyez par vous-mêmes : [maʃikuli].
•   Vous l’avez peut-être oublié, mais le â de gâchette [gaʃɛt] se prononce comme s’il n’était pas accentué!
•   Saviez-vous qu’il y a des mots qui peuvent s’écrire des deux façons (avec ou sans accent), mais qui ne se prononcent que d’une seule? Et que cette seule façon n’est pas toujours là même? Voyez par vous-mêmes.

Gable et gâble se prononcent [gɑbl]; prakrit et prâkrit se prononcent [pʀɑkʀi]. C’est mon dictionnaire qui le dit. Que leur a soit ou non accentué n’y change rien, il se prononce comme dans âme. Dans le cas de nuoc-mam et nuoc-mâm, c’est le contraire : les deux se prononcent [nɥɔkmam]. Autrement dit, le a, accentué ou pas, se prononce comme dans ami! Je n’invente rien, je vous l’assure. C’est mon dictionnaire qui le dit. Comment expliquer cette différence? Comment savoir si le a/â se prononce comme dans âme ou comme dans ami? La prononciation de l’une des deux formes graphiques doit nécessairement être vicieuse. Mais laquelle?… (3)

Si maintenant nous comparions ce qui est arrivé à tâte-vin et à palâtre… Dans ces deux mots, l’accent circonflexe signale la disparition d’un s : le premier s’écrivait taste-vin et le second, palastre. Est-ce que la disparition de ce s a influencé pareillement leur prononciation? Que NON! La prononciation du a de taste-vin [tastəvɛ̃] se retrouve, inchangée, dans tâte-vin [tatvɛ̃] (NPR dixit). Et cela, même si le second est accentué. Dans le cas de palastre qui est devenu palâtre, la différence de graphie se fait entendre. Le a du premier se prononce comme dans ami [palastʀ] et le second, comme dans âme [palɑtʀ]. C’est dire qu’une même cause ― ici, la disparition d’un s ― n’a pas le même effet. Il y a là de quoi troubler un esprit scientifique ou faire perdre son latin à un esprit littéraire.

Il y a d’autres mots dont la prononciation « officielle » (i.e. celle que fournit le NPR) n’est pas sans me créer quelques difficultés. Je pense par ex. à bâbord [bɑbɔʀ], à câlin [kɑlɛ̃] ou encore à pâmoison [pɑmwazɔ̃]. Leur a devrait, en raison de leur accent, se prononcer comme dans âme!… C’est d’ailleurs ce que nous dit leur transcription phonétique. Mais, moi, je les prononce comme dans ami. Je dois assurément être dans l’erreur. Arriverai-je seulement un jour à les prononcer « correctement »?… J’en doute.

Étant donné que tous les â ne se prononcent pas comme dans âme, pourquoi ne pourrais-je pas prononcer le a de opiniâtre comme dans ânonner [anɔne] plutôt que comme dans ânon [ɑnɔ̃]?… Qui décide de la « bonne » prononciation d’un mot? L’usage ou les régents?…

2- Est-ce que tous les a se prononcent comme dans ami?

C’est ce que j’ai compris quand mon professeur m’a appris que le a de ami et le â de âme ne se prononcent pas de la même façon, ce que nous indique précisément la présence de l’accent circonflexe. Mais est-ce vraiment toujours le cas? Voyons voir.

•    Quand je dis a, b, c…, je prononce la première lettre comme dans âme et non comme dans ami. Et ma prononciation est « correcte ». C’est le dictionnaire qui le dit!
•    Quand je dis il a ri ou tu as (4) ri, je prononce encore là le a comme dans âme. Pourtant aucun de ces a n’est accentué!
•    Quand je dis vous avez ri,  là le a se prononce comme il s’écrit, comme dans ami!

Si le a se prononce tantôt comme dans ami, tantôt comme dans âme, comment décider de la « bonne » prononciation de ces différents a? Y a-t-il une logique derrière tout cela?…

Et ce ne sont pas les trois seuls cas où la question se pose. En voici quelques autres où le a se prononce, d’après mon dictionnaire,
comme dans ami                                                    comme dans âme 
    la (art. déf.), (interj.)                                         las (4), lasse (adj.)
    ha (interj.)                                                                  ah (interj.)
    ma (adj. poss.), mat (5) (nom)                          mas (4), mât (5) (nom)
    ta, sa (adj. poss.)                                                      tas, sas (4),  (nom)

Étant donné que tous les a ne se prononcent pas comme dans ami, pourquoi ne pourrais-je pas prononcer celui de psychiatre comme je prononce celui de opiniâtre ou de idolâtre? Qui décide de la « bonne » prononciation d’un mot? L’usage ou les régents?…

Bref, un â peut se prononcer a et un a peut se prononcer â!  Il n’y a donc rien qui indique à un non-francophone qui souhaite parler correctement notre langue comment prononcer un mot contenant un a accentué ou non. Ou comment écrire un tel mot. Que faire alors?…

L’étymologie serait-elle la clé du problème?…

À SUIVRE

Maurice Rouleau

REM.  Si, en cliquant sur un hyperlien, vous recevez un message d’erreur,
n’hésitez pas à m’en informer à l’adresse suivante :
rouleaumaurice@videotron.ca. Je verrai à y remédier.

(1)   Pourquoi faut-il que chose soit féminin dans « Vous parlez de choses sérieuses », mais masculin dans « Vous parlez de quelque chose de sérieux »?… C’est que les régents en ont ainsi décidé.

(2)   J’ai tenté de faire le tour de la question dans une série de 5 billets. Le premier se trouve ICI.  Les autres suivent.

(3)   Quel sera l’avenir de ces mots à double graphie? Un jour, l’une d’elles disparaîtra certainement au profit de l’autre. Mais laquelle? Celle qui ne correspond pas à la prononciation « officielle » ou l’autre? Nous nous retrouvons ici devant un dilemme : est-ce la prononciation qui dicte la graphie ou la graphie qui dicte la prononciation? Bonne question…
Je viens de découvrir l’existence de deux ouvrages dont les titres semblent en opposition : Orthographe et prononciation en français/Les 12 000 mots qui ne se prononcent pas comme ils s’écrivent, par Léon Warnant (1996) et Influence de l’orthographe sur la prononciation du français moderne, par Vladimir Buben (1935).  Leur lecture s’impose, semble-t-il,  à quiconque veut y comprendre quelque chose.

(4)   Un S final ne se prononce jamais quand il marque le pluriel. Dans les autres cas, tout dépend du mot. Il arrive 1) qu’il ne se prononce pas : un tas [tɑ] de roches; 2) qu’il doive se prononcer : le sas [sɑs] d’un sous-marin; 3) qu’il doive ou non se prononcer : un as [ɑs] de cœur, mais tu as [ɑ]; 4) qu’il puisse ou non se prononcer, ce qu’indique le s entre parenthèses : un mas [mɑ(s)] en Provence. Quand j’essaie de prononcer le s de ce dernier mot comme le veut mon dictionnaire, je n’y arrive pas. Ma prononciation est plutôt [mas] ― et non [mɑs] ― qui fait alors double emploi avec celle de masse.

(5)   Dans Échec et mat, le t se prononce. Dans le mât d’un navire, il ne se prononce pas. Allez savoir pourquoi.  De plus, comment expliquer que le a de mat se prononce comme dans ami quand l’étymologie qu’on en donne est : XIIe ◊ arabe mât « mort »! Je vous laisse deviner.

 P-S. — Si vous désirez être informé par courriel de la publication de mon prochain billet, vous  abonner est la solution idéale.

WordPress vient apparemment de simplifier cette opération. Dans le coin inférieur droit de la page d’accès à ce billet, vous devriez noter la présence de « + SUIVRE ». En cliquant sur ce mot, une fenêtre où inscrire votre adresse courriel apparaîtra. Il ne vous reste plus alors qu’à cliquer sur « Informez-moi ». Cela fonctionne-t-il ? À vous de me le dire.

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Diacritiques (accents, tréma). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour -Âtre ou -Atre (1 de 4)

  1. schtroumpf grognon dit :

    Les éditions du Petit Robert des années 70 et 80 donnaient pour les mots suivants une prononciation différente des éditions actuelles. (À vérifier. Il se peut que ma mémoire me joue des tours. Les anciennes éditions sont chez ma mère.)
    Pour la finale -ation (nation, natation, etc.), la prononciation était [-ɑsjɔ̃] (a postérieur)
    bâbord : [ba-] (a antérieur)
    havre : [‘ɑvr] (a postérieur)
    ———–
    Autres exemples d’â qui se prononcent [a] (a antérieur) :
    – les 1re et 2e personnes du pluriel du passé simple (nous chantâmes, vous chantâtes).
    – l’imparfait du subjonctif (qu’il chantât).
    ———–
    Pour « gable », la prononciation postérieure [ɑ] se retrouve dans d’autres mots de même finale (fable, sable), mais « table » a un [a]. Le suffixe adjectival -able (capable, impensable, etc.) se prononce également avec [a].

  2. Ricoxy dit :

     
    « […] masculin dans « Vous parlez de quelque chose de sérieux ». Ne serait-ce pas plutôt une forme de neutre ?
     
    « Dans Échec et mat, le t se prononce. Dans le mât d’un navire, il ne se prononce pas. Allez savoir pourquoi. » Peut-être à cause de l’étymologie, « échec et mat » devant signifier « le roi (chah) est mort ». D’ailleurs on dit bien en russe шахматы (chahmaty) pour les échecs.

  3. (3), deuxième paragraphe «…Je viens de découvrir l’existence deux ouvrages dont les titres semblent en opposition :…» Manque-t-il un «de» entre « l’existence » et « deux »

    J’aime ce que vous faite, mais maux de tête garantis !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s