Selfie, Égoportrait, Autophoto (1 de 2)

La néologie en marche

(3-a)

 

             Autrefois, pour immortaliser un moment particulier dont nous voulions garder le souvenir et où nous étions figurants, nous demandions à une connaissance ou, à défaut, à un passant de bien vouloir nous prendre en photo.

            Aujourd’hui, plus besoin de déranger qui que ce soit. Nous nous tirons nous-mêmes le portrait. Grâce au téléphone « intelligent » qui, faut-il le rappeler, n’a d’intelligent que le nom, du moins au sens qu’on attribuait à cet adjectif il n’y a pas si  longtemps. C’est à se demander d’ailleurs si celui qui a ainsi traduit smartphone n’a pas fait mauvais usage de sa propre intelligence. Mais ça, c’est une autre histoire. [Je reviendrai bientôt sur ce point.] Et la photo porte, selon le pays (et non selon la langue), un nom différent. Le mot selfie, qui nous vient apparemment d’Australie (1), s’est imposé dans tous les pays anglophones. Y compris en France… Faut-il s’en étonner?… Chez nous, au Québec, on utilise plutôt égoportrait. À tort ou à raison. L’avenir le dira.

             Quand, pour la première fois, j’ai entendu le mot selfie dans la bouche d’un francophone, je suis resté bouche bée, non pas d’admiration mais bien d’étonnement. Je ne comprenais pas ce qu’il disait. Je voyais bien que c’était un mot anglais, clairement composé de deux éléments (self– et –ie), mais sans plus. Je me suis alors dit que ce devait être un néologisme. Un néologisme de forme, selon toute apparence. Mais que signifiait-il? Je n’en avais aucune idée. Fort heureusement pour moi, le Merriam-Webster, dictionnaire unilingue anglais, est venu à ma rescousse. Il définit ce terme de la façon suivante :

an image of oneself taken by oneself using a digital camera especially for posting on social networks.

C’était donc cela un selfie! Certains disent une selfie. Selon qu’on y voit, en sous-entendu, UN portrait  ou UNE photo.

Étant donné que je m’intéresse présentement (ou actuellement comme on dit ailleurs) à la néologie, une question me vient Immédiatement à l’esprit : avait-on vraiment besoin d’un nouveau terme, ou néologisme de forme , à savoir selfie, pour désigner cette  nouvelle réalité? N’aurait-on pas pu, par exemple, attribuer un nouveau sens à self-portrait, qui désigne déjà : « a painting or drawing of yourself that is done by yourself », ce qui en aurait fait un néologisme de sens? OUI, mais on ne l’a pas fait. Du moins en apparence. J’y reviendrai plus loin.

Nous l’avons dit déjà, un néologisme est la réponse de la langue à l’apparition d’une nouveauté. En effet, pourquoi voudrait-on créer un terme pour désigner ce qui n’existe pas? C’est dire que la nouveauté est le moteur de la néologie.

Il y a donc lieu, ici, de se demander ce qu’il y a de nouveau. Quels sont les éléments de la définition du terme anglais selfie, qui rendent compte de la nouveauté de la chose et, par conséquent, du besoin d’un nouveau terme?

Serait-ce…

an image of oneself?

Certainement pas. Quel que soit votre âge, vous possédez certainement, tellement bien rangée que vous l’avez oubliée, une photo de vous prise quand vous étiez jeune. C’est dire qu’avoir une photo de soi n’a vraiment rien de nouveau.

 taken by oneself?

Il est vrai que SE prendre en photo est plus courant de nos jours que cela l’était autrefois, mais est-ce quelque chose de nouveau? De si nouveau qu’il faille lui donner un nom particulier? Je me le demande.

Colin Powell, ex-secrétaire d’État sous la présidence de G. W. Bush, en a récemment fait la démonstration en publiant sur les réseaux sociaux une photo de lui-même prise voilà de cela une soixantaine d’années. Il avait tout simplement photographié le miroir devant lequel il se tenait. (Voir ICI) Il s’était donc pris lui-même en photo!

N’allez pas croire qu’il a été le premier à utiliser un miroir Que non!  Aux alentours des années 1900, une illustre inconnue avait, elle aussi, utilisé le même truc. (Voir ICI.) En 1914, une illustre moins inconnue, la grande-duchesse Anastasia Nikoleïevna, fille du tsar Nikolas II, de Russie, en avait fait autant. (Voir ICI.)

Le miroir n’est d’ailleurs pas le seul truc à avoir été utilisé pour SE prendre en photo. En 1888, Cyrus Pringle (1838-1911), botaniste américain, s’est servi d’une ficelle pour actionner à distance son appareil photo. (Voir ICI; cliquer sur la photo et lire la description). Cette façon de faire s’est par la suite raffinée. Vers les années 1950-1960, on a inventé le déclencheur à retardement, ou retardateur [en anglais, self timer (2)]. Il devenait dorénavant possible de SE prendre SOI-MÊME en photo, sans utiliser d’artifices. Il suffisait d’être bon coureur!

SE prendre en photo se faisait déjà voilà de cela bien des décennies (en fait, depuis plus d’un siècle!). Où se trouve donc la nouveauté?…

using a digital camera?

Est-ce que le simple fait d’utiliser un smartphone, version la plus récente d’un appareil numérique, constitue une nouveauté qui justifie la création d’un néologisme? Je n’en suis pas convaincu. Une photo reste une photo, peu importe l’appareil utilisé.

Pourquoi sent-on le besoin de créer ce nouveau terme alors qu’on n’en a pas senti le besoin quand l’appareil numérique a fait son apparition, ou encore quand le retardateur (self timer) s’est pointé le nez? La réponse est évidente : on ne faisait rien d’autre que ce que l’on faisait déjà : prendre une photo. Sans réelle nouveauté, aucun besoin d’un nouveau terme!

Il est à remarquer qu’un smartphone ne sert pas qu’à prendre des selfies. On l’utilise souvent pour prendre en photo autre chose que sa propre personne. À preuve, toutes les photos et vidéos que l’on retrouve sur les réseaux sociaux, qui, par exemple, documentent une intervention policière plutôt brutale ou encore la scène du carnage survenu récemment sur la promenade des Anglais, à Nice.

especially for posting on social networks?

L’emploi de l’adverbe especially indique clairement que cet élément n’est pas à proprement parlé définitoire. Autrement dit qu’il n’est pas essentiel à la définition du terme. La majorité des selfies ne se retrouvent certainement pas sur les réseaux sociaux. Vous avez pu vouloir fixer, dans le temps, un moment particulier de votre vie pour le montrer à vos enfants ou à vos connaissances, sans nécessairement passer par ces fameux réseaux. Alors…

Comme cette caractéristique n’est pas définitoire, elle ne devrait pas être prise en compte. Mais, tout compte fait, n’est-ce pas celle qui contribue le plus à la nouveauté de la chose? Peut-être…

Étant donné que la nouveauté (raison d’être d’un néologisme) n’est attribuable à aucun élément particulier de la définition, elle ne peut résulter que de la conjonction de tous ces éléments. À moins que ce ne soit la fréquence d’utilisation de cet appareil pour SE prendre en photo qui soit en cause… Cela est effectivement nouveau. Si tel est bien le cas, cela pourrait expliquer la dérive du sens de selfie que tout lecteur attentif aura notée.

Dérive…

Dans quelles circonstances peut-on vraiment parler d’un selfie? Si je me pose la question, c’est que j’ai rencontré ce mot dans des contextes où, moi, je n’aurais pas utilisé ce terme, compte tenu de la définition qu’en donne le Merriam-Webster.

  • « Découvrez comment Bradley Cooper a « gâché » le selfie d’Ellen DeGeneres lors des Oscars 2014 » (Voir ICI.)

En lisant cette manchette, j’ai immédiatement imaginé Ellen en train de SE prendre en photo en compagnie d’autres vedettes de cinéma, d’autres stars comme on dit en France. Mais en voyant la photo (Voir ICI.), je me suis dit qu’Ellen avait vraiment le bras long (au sens propre et non au sens figuré), car ce n’est pas elle qui occupe l’avant-plan, mais bien Bradly Cooper. C’est donc lui qui est le plus susceptible d’avoir pris cette photo. Si tel est le cas, pourquoi parle-t-on du « selfie d’Ellen DeGeneres »? Parce qu’elle est sur la photo? Euh!…

Aurais-je donc tout faux? C’est possible, car je ne suis pas infaillible. Mais qu’en est-il vraiment?… YouTube répond à mon interrogation, de façon incontestable.  (Visionner ICI.) C’est bel et bien Bradley Cooper qui a pris cette photo. Avec, il faut bien le préciser, le téléphone intelligent d’Ellen! Mais est-ce suffisant pour parler du selfie d’Ellen DeGeneres? N’y a-t-il pas un élément de la définition qui fait cruellement défaut?… Ce n’est pas elle qui s’est prise en photo. C’est Bradley…  Et on ne cesse de parler du selfie d’Ellen DeGeneres!!! Parce que la photo se retrouve sur son smartphone?… Là je m’y perds.

  • « Samsung a tenté d’affoler de nouveau les réseaux sociaux avec un selfie de Barack Obama et de la star du base-ball David Ortiz. » (Voir ICI.)

En lisant cette manchette, je me suis demandé qui SE prenait en photo? Obama ou Ortiz? Lequel des deux utilisait SON smartphone? Le texte ne le dit pas; l’image, oui. C’est bel et bien Ortiz qui tient l’appareil. Et je présume que c’est son smartphone. C’est donc Ortiz qui s’est pris en photo, avec à ses côtés Barack Obama. Pourquoi alors parler du selfie de B. Obama et de D. Ortiz? Je me le demande. Mais là n’est pas le vrai problème.

Le problème est que la photo affichée sur la Toile n’est pas celle que prend D. Ortiz. Si tel était le cas, on ne verrait pas sa main tenant le smartphone. Cette photo a été prise par quelqu’un qui n’est pas sur la photo. Et on ose encore appeler cela un selfie! C’est à n’y rien comprendre.

  • « Le pape a pris une selfie. Maintenant j’ai tout vu. » [commentaire d’une utilisatrice de Twitter, après avoir vu un selfie montrant le pape et quelques jeunes.(Voir ICI.)

Dire que le pape a pris un selfie laisse entendre, définition oblige, qu’il s’est servi de son smartphone (qu’il traîne toujours avec lui, dans une poche de sa soutane!!) pour SE prendre en photo avec des jeunes et qu’il a, par la suite, mis cette photo sur les réseaux sociaux!…  Vous gobez cela, vous? Moi, pas.

Le pape n’est ici qu’un figurant; et rien d’autre. Il aurait été préférable, il me semble, de dire que le pape François s’est plié à la demande d’un jeune qui possédait un smartphone. On ignore même lequel des jeunes a réellement pris cette photo. C’est pourtant le seul qui, techniquement, pourrait parler d’un selfie.

C’est le journal Le Monde qui, à mes yeux, a le mieux titré cette nouvelle : Le pape François sur une photo « selfie ».  (Voir ICI.)

L’emploi de selfie ne laisse nullement entendre, ici, que c’est le pape qui se prend en photo. Il apparaît tout simplement sur une photo prise par un des jeunes, le seul qui peut vraiment parler de selfie (allez savoir lequel?) apparaissant aux côtés du pape. Pourquoi alors parler de selfie? Je me le demande.

  • « Justin Trudeau, le nouveau premier ministre, adore prendre des égoportraits entouré de ses admirateurs. » (Voir ICI.)

La photo montre effectivement Justin Trudeau, un smartphone à la main, en train de prendre une photo de lui et d’une jeune fille, qu’il ne connaît, j’en suis convaincu, ni d’Ève ni d’Adam. Le fait que ce soit lui qui ait l’appareil en main suffit-il pour dire qu’il SE prend en photo? Techniquement parlant, oui. Mais… l’appareil ne lui appartient pas, c’est certain. Quel intérêt aurait-il à SE prendre en photo aux côtés d’une inconnue, avec SON propre appareil? Je vous le demande. La seule personne qui pourrait vraiment parler d’égoportrait dans le cas présent est la jeune fille photographiée à ses côtés. Personne d’autre. Si c’est Justin qui tient l’appareil, c’est qu’il a, lui, étant donné sa taille, le bras assez long pour prendre une bonne photo. Rien de plus.

À l’origine, pas très lointaine, le terme selfie désignait une photo de soi-même prise par soi-même (Merriam-Webster dixit). Et ce, à une longueur de bras, maximum. ― La perche à selfie n’était pas encore inventée. ― Aujourd’hui, on utilise ce mot, comme nous venons de le voir, à toutes les sauces. On lui fait dire bien des choses. Même une photo prise par quelqu’un d’autre! Pourquoi tenir tant à parler de selfie? Je me le demande. Le seul point commun à tous ces emplois est, me semble-t-il, le fait que la photo est prise à une distance n’excédant pas une longueur de bras (ou de perche), ce bras n’appartenant pas nécessairement au propriétaire de l’appareil, et ce dernier ne figurant pas nécessairement sur la photo. Alors, la définition que le dictionnaire donne de selfie  ne colle pas à la réalité. À moins que ce soit l’usage que l’on en fait qui ne colle pas à la définition. Qui sait?… Un dictionnaire se veut le reflet de l’USAGE. C’est du moins sa prétention. Mais que faire dans le cas d’un néologisme, mot qui, étant donné sa nouveauté, ne figure pas encore dans le dictionnaire? Il faut attendre que les dictionnaires veuillent bien l’inclure dans leur nomenclature…

À SUIVRE

Maurice Rouleau

(1)  Voici la petite histoire du mot selfie, telle que racontée par le Merriam-Webster :

The first-known appearance of selfie in written form occurred in 2002 on an Australian news website, but the word didn’t see much use until 2012. By November 2013, selfie was appearing frequently enough in print and electronic media that the Oxford English Dictionary chose the word as its Word of the Year. This announcement itself led to a significant increase in the use of the word by news organizations, an increase that was further boosted following the December 10, 2013, memorial service for Nelson Mandela, at which American President Barack Obama was caught taking a selfie with Danish Prime Minister Helle Thorning-Schmidt and British Prime Minister David Cameron. The word selfie,with its suggestions of self-centeredness and self-involvement, was particularly popular with critics who saw this moment as a reflection of the President’s character.

Un président des États-Unis qui se prend en photo! N’y avait-il pas de photographes officiels?…  Cette anecdote me paraît disons… suspecte. J’aimerais bien pouvoir y croire, mais pas avant d’avoir vu, de mes yeux vu, ce fameux selfie. Photo qui ne se trouve évidemment que sur le téléphone intelligent de B. Obama. À moins qu’il l’ait, lui-même, déjà postée sur son site personnel, dans un de ses nombreux moments libres!!

(2)   Self-timer : « A device on a camera that gives a delay between pressing the shutter release and the shutter’s firing. It is most commonly used to let photographers to take a photo of themselves (often with family), hence the name. »

Comme vous l’avez sans doute noté, la relation entre les deux éléments du mot ne saute pas aux yeux.

 

P-S. — Si vous désirez être informé par courriel de la publication de mon prochain billet, vous  abonner est la solution idéale.

WordPress vient apparemment de simplifier cette opération. Dans le coin inférieur droit de la page d’accès à ce billet, vous devriez noter la présence de « + SUIVRE ». En cliquant sur ce mot, une fenêtre où inscrire votre adresse courriel apparaîtra. Il ne vous reste plus alors qu’à cliquer sur « Informez-moi ». 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Néologie (de sens / de forme). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Selfie, Égoportrait, Autophoto (1 de 2)

  1. Le mot « égoportrait » est mal choisi car n’est pas la racine de « selfie » qui est importante, mais son suffixe : le selfie n’est pas une grande oeuvre d’art, c’est tout au plus un « petit » portrait de soi-même, c’est-à-dire une « soi-mêmette » ou un « autoportrouille » en quelque sorte.

  2. Dujardin dit :

    [Je cite :]
    Je me le demande.
    Là je m’y perds.
    Je me le demande.
    C’est à n’y rien comprendre.
    Je me le demande.
    Je me le demande.
    [Fin de citation.]

    Que de questions inutiles, que d’hésitations à dire et à affirmer sans risque aucun de se tromper que ces journalistes ne maîtrisent pas leur langue ! Que de précautions pour ne pas dire ce que tout lecteur aura compris et conclu !
    Bref, article décevant et surprenant. Osez vous lancer, osez affirmer, quoi !

    • rouleaum dit :

      Si ce billet vous a déçu, je vous conseille fortement de ne pas lire les autres. Vous en sortiriez aigri. Et je ne vous veux aucun mal.

      Vous voudriez que je m’affirme, que je cesse d’hésiter. De toute évidence, cela vous horripile. Ce que vous n’avez pas compris ― et ce n’est pas une critique à votre endroit, car je ne l’ai jamais crié ouvertement sur tous les toits ―, c’est que j’en ai marre de me faire gaver de prétendues vérités.

      Vous ne l’ignorez certainement pas, affirmer veut dire « Donner (une chose) pour vraie, énoncer (un jugement) comme vrai ». Je n’hésiterais pas à affirmer qu’aujourd’hui le temps est gris, que la température a chuté. Ce sont des faits objectifs, vérifiables. Mais je n’affirmerai jamais que telle phrase a tel sens, car ce serait dire que je détiens la vérité, qu’il n’y a que ce que je pense qui soit vrai. Même si certain(e)s n’hésitent pas, à affirmer que 1) Acheter de n’est pas français. (https://rouleaum.wordpress.com/2011/02/28/acheter-de-pas-francais/); 2) voire même est un pléonasme (https://rouleaum.wordpress.com/2010/10/20/voire-meme/); 3) les journalistes ne savent pas écrire, et quoi d’autre encore…, moi, j’en suis incapable. J’ai besoin de preuves et non pas de diktats. Déformation professionnelle sans doute.

      « Osez vous lancer, osez affirmer, quoi ! », me recommandez-vous fortement. Impossible. Vous me demandez d’agir contre nature, de faire ce contre quoi je me bats. Je ne peux dire une chose et faire son contraire. Je me contente de semer le doute. Je laisse ainsi entendre que l’idée que l’on voudrait voir affirmée peut être interprétée différemment, que ce n’est pas parce que l’on pense quelque chose que c’est nécessairement vrai.

      Cela me rappelle une anecdote. Voilà de cela quelques décennies, une étudiante me pose la question suivante : « Pourquoi tu nous dis toujours vous? Pourquoi tu ne nous tutoies pas?» ― Il faut savoir que j’ai toujours vouvoyé mes étudiant(e)s, quel que soit leur âge, tout en les appelant par leur prénom. ― Et moi de lui répondre : « Dans l’espoir que vous en fassiez autant! »

      À partir de ce moment-là, l’étudiante m’a vouvoyé. Le message avait été compris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s